sanction

sanction [ sɑ̃ksjɔ̃ ] n. f.
XVIIIe; « précepte » XIVe; lat. sanctio, de sancire « prescrire »
I
1Hist., dr. Acte par lequel le souverain, le chef du pouvoir exécutif revêt une mesure législative de l'approbation qui la rend exécutoire. Pragmatique sanction.
2(1762) Approbation, consécration ou ratification. Ma conduite « avait la sanction de ma conscience » (Balzac). « Il me fallait une sanction, l'assentiment d'un homme de ma caste morale » (Duhamel ). Ce mot a reçu la sanction de l'usage.
3Conséquence inéluctable. La sanction du progrès. rançon.
II
1(1765) Dr. Peine ou récompense prévue pour assurer l'exécution d'une loi. Sanction pénale.
Didact. Peine ou récompense attachée à une interdiction ou à un ordre, au mérite ou au démérite. Morale sans obligation ni sanction.
2Cour. Peine établie par une loi pour réprimer une infraction. amende, condamnation, répression. Avertissements et sanctions.
Mesure répressive attachée à un ordre non exécuté, une défense transgressée. Prendre des sanctions contre un élève ( punir, sévir) . Action par laquelle un pays, une organisation internationale, réprime la violation d'un droit. Levée des sanctions économiques prises contre tel pays. blocus, embargo. Sanctions militaires.
⊗ CONTR. Démenti, refus. Désapprobation.

Sanction acte par lequel le chef de l'État donne à la loi force exécutoire, promulgation.

sanction
n. f.
d1./d DR Acte par lequel le chef de l'exécutif donne à une loi l'approbation qui la rend exécutoire.
d2./d Fig. Approbation, ratification. Sanction de l'emploi d'un mot par l'usage.
d3./d Conséquence naturelle. Ses difficultés sont la sanction de son imprévoyance.
d4./d DR Peine ou récompense qu'une loi porte pour assurer son exécution. Sanction pénale.
d5./d Mesure répressive prise par une autorité.

⇒SANCTION, subst. fém.
A. — 1. DR. HIST. [Dans un État constitutionnel] Acte par lequel le souverain, le chef de l'État, exerçant une partie de l'autorité législative, donne à une loi l'approbation qui la rend exécutoire. Sanction royale. Il demandait que le roi gardât la sanction des lois (FRANCE, Génie lat., 1909, p. 236). Pragmatique sanction.
P. ext. Acte par lequel une autorité officielle donne à une disposition légale l'approbation qui lui confère une validité. Sanction du parlement. Dans tous les pays où les principes constitutionnels sont établis, les rois ont une liste civile, et l'on regarderait comme funeste à la liberté qu'ils pussent posséder des revenus indépendants de la sanction nationale (STAËL, Consid. Révol. fr., t. 1, 1817, p. 282).
2. P. anal. Approbation donnée à quelque chose et qui consacre son exactitude, sa validité et son caractère durable. Synon. consécration, ratification. Sanction de l'expérience, de l'usage; sanction populaire; diplôme sanction des études. Locke s'efforce de montrer que la légitimité d'un gouvernement repose sur la sanction du peuple (COUSIN, Hist. philos. XVIIIe s., t. 1, 1829, p. 83). La haute raison de M. de Boisguilbault le réconciliait avec lui-même, et il se sentait fier d'avoir la sanction d'un vieillard aussi éclairé et aussi rigide dans ses déductions (SAND, Péché de M. Antoine, t. 1, 1845, p. 238).
B. — 1. a) DR. Peine ou récompense prévue pour assurer l'observation d'une loi, l'exécution d'une mesure réglementaire, d'un contrat. Sanction pénale, rémunératoire. Une sanction n'est utile que lorsqu'il s'agit de faire exécuter matériellement une loi: car ici, ce qui importe, ce n'est pas le motif, c'est l'effet (Paul JANET, Tr. él. de philos., 5eéd., p. 688 ds FOULQ.-ST-JEAN 1962).
b) Peine ou récompense en relation avec une interdiction ou une injonction, liée à un mérite ou un défaut. Morale sans obligation ni sanction. La sanction, en littérature, est moins effrayante [qu'en architecture] (...) mais le temps (...) se charge assez vite de répondre par l'oubli d'une œuvre à l'oubli des règles les plus simples de la psychologie appliquée (VALÉRY, Variété [I], 1924, p. 118). Selon Rousseau la seule sanction qui ait un sens pédagogique est le résultat nécessaire d'un acte, elle en est comme la suite naturelle (Éduc. 1979).
P. ext. ,,Toute peine ou tout avantage, soit établi par les hommes ou par Dieu, soit résultant du cours naturel des choses et qui sont provoqués par une certaine manière d'agir`` (LAL. 1968). En principe, la justice, comme la vérité, n'a et ne peut avoir d'autre sanction qu'elle-même: c'est le bien qui résulte de son accomplissement, le mal qui suit sa violation (PROUDHON, Guerre et paix, 1861, p. 291). Ce ne sont pas sans doute les idées politiques de M. Herriot et de ses collègues radicaux qui nous ont perdus. Mais la morale sans obligation ni sanction qui était la leur (CAMUS, Actuelles I, 1945, p. 76).
2. a) Peine édictée par une loi pour réprimer certains actes. Synon. condamnation, punition. Mériter, recevoir une sanction; exercer, prendre des sanctions; sanction légale. Les autorités d'occupation gardent encore maintenant le plus grand silence sur toute l'affaire. Fait inexplicable, aucune sanction n'a été prise, aucune expédition punitive organisée (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 178):
... l'art. 214 du code civil ordonne à la femme d'habiter avec son mari: on en déduit que le mari peut la forcer à réintégrer le domicile conjugal, mais cette sanction n'est, nulle part, formellement indiquée. Le droit pénal, tout au contraire, n'édicte que des sanctions...
DURKHEIM, Divis. trav., 1893, p. 40.
Sanction administrative. ,,Punition infligée par l'administration à une personne lors d'un manquement à un règlement hors de toute condamnation`` (BARR. 1974). Les comptables peuvent refuser d'obéir à un ordre lorsque leur responsabilité pécuniaire risque d'être mise en cause: aucune sanction administrative ne peut être prise contre eux (Encyclop. éduc., 1960, p. 350).
Sanction disciplinaire. Mesure répressive prise à l'encontre d'un fonctionnaire, en application du régime statutaire. Le statut général des fonctionnaires donne en son article 61 l'échelle des sanctions disciplinaires auxquelles les fonctionnaires sont soumis (Encyclop. éduc., 1960, p. 322).
DR. INTERNAT. Mesure de contrainte que peut prendre l'ONU vis-à-vis d'un État quand cet État enfreint les règles internationales (d'apr. BARR. 1974). Sanctions économiques, militaires (Pt ROB. 1980).
b) Toute punition infligée pour réprimer une faute, un manquement, une transgression. Sanction rigoureuse; sanction prise contre les élèves. Surtout veille à ce que les coups ne tombent pas au hasard d'un caprice, mais qu'ils soient toujours la juste sanction d'un manquement à la discipline (AYMÉ, Vogue, 1944, p. 151). Dans l'hôtel où je descends d'habitude, j'ai dit une fois pour toutes à la caissière que si elle ne me donnait pas une chambre, je coucherais avec elle. Sanctions! (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p. 37).
Prononc. et Orth.:[]. V. sanctifier mais contrairement à ce mot FÉR. 1768 recommande ici: ,,Prononcez sankcion``. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. XIVe s. « précepte » (Grand. cron. de France, IV, 22, P. Paris ds GDF.); 2. 1762 « approbation donnée à quelque chose » (Ac.); 3. 1788 « acte par lequel une disposition légale devient exécutoire » (FÉR.). B. 1. 1765 « peine ou plus rarement récompense » (Encyclop.); 2. 1875 sanction naturelle (Lar. 19e); 1893 sanction de la conscience (DG); 3. 1893 « peine édictée par une loi pour réprimer un acte » (DURKHEIM, loc. cit.). Empr. au lat. sanctio « action de sanctionner, peine, punition », le sens 1 est empr. au b. lat. eccl. sanctio « édit qui sanctionne, rescrit (en parlant de l'édit de Constantin) », plur. « décisions doctrinales des papes » (v. BLAISE Lat. chrét.). Fréq. abs. littér.:450. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 598, b) 277; XXe s.: a) 643, b) 867.

sanction [sɑ̃ksjɔ̃] n. f.
ÉTYM. XIVe, attestation isolée, « précepte, règle religieuse »; sens mod., XVIIIe; lat. sanctio, rac. sancire « prescrire ».
———
I
1 Hist., dr. Acte par lequel le souverain, le chef du pouvoir exécutif revêt une mesure législative de l'approbation qui la rend exécutoire. || Loi qui a reçu la sanction du roi. || Refus de sanction (→ Examiner, cit. 9). || Pragmatique sanction.
2 (1762). Fig. Approbation, confirmation, consécration, ratification. || La sanction de l'autorité publique à l'oppression du faible (→ Destructif, cit. 2). || Locution qui reçoit la sanction de l'usage (→ Besaigre, cit.).
1 Rien n'est plus déraisonnable que l'opiniâtreté de ces assertions qui reçurent parmi nous la trompeuse sanction des siècles.
E. de Senancour, De l'amour, p. 231.
2 Aux yeux des étrangers, ma conduite allait être condamnable, mais elle avait la sanction de ma conscience.
Balzac, le Lys dans la vallée, Pl., t. VIII, p. 1016.
3 Il me fallait une sanction, l'assentiment d'un homme de ma caste morale.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, III, IV.
3 Conséquence inéluctable. || La sanction du progrès. Rançon.
———
II
1 (1765). Dr. Peine ou récompense prévue pour assurer l'exécution d'une loi. || Sanction pénale. || Sanction rémunératoire.
Peine ou récompense attachée à une interdiction ou à un ordre, au mérite ou au démérite. || La sanction, conséquence de nos actes. Responsabilité (3.). || Esquisse d'une morale sans obligation ni sanction, de Guyau.(Dans un sens très général). « Toute peine ou tout avantage, soit établis par les hommes ou par Dieu, soit résultant du cours naturel des choses, et qui sont provoqués par une certaine manière d'agir » (Lalande).
4 Le caractère essentiel d'une vraie sanction morale (…) serait de ne jamais constituer une fin, un but; l'enfant qui récite correctement sa leçon pour le simple but de recevoir ensuite des dragées ne les mérite plus, au point de vue de la morale, précisément parce qu'il les a prises pour fin.
Guyau, Esquisse d'une morale sans obligation ni sanction, 194, in Foulquié, Dict. de la langue philosophique, Sanction.
5 Les considérations qui précèdent s'appliquent immédiatement à la justice humaine dont elles fondent les sanctions. La récompense et la punition sont pour la société les moyens de reconnaître le mérite et le démérite.
J. Dubois, in Initiation théologique, t. III, p. 170.
2 (XXe). Cour. Peine établie par une loi pour réprimer un acte. Amende, condamnation, répression. || Le droit pénal s'applique aux sanctions (→ Criminel, cit. 12). || Avertissements et sanctions (→ Boudin, cit. 2). || Menaces de sanctions épouvantables (→ Mot, cit. 40). || Sanctions pour faire respecter un système égalitaire (cit. 2).(Dans l'armée; loi de 1972). || Sanctions professionnelles, statutaires (opposées aux punitions disciplinaires).Dr. internat. public. Action par laquelle une organisation internationale réprime un acte de guerre. || Sanctions économiques, militaires.
6 La sanction doit jouer avec une indifférence d'autant plus absolue que rien ne justifie la faute si ce n'est le mépris des règlements, ou, ce qui est pis, la maladresse.
Giraudoux, De pleins pouvoirs à sans pouvoirs, p. 119.
Punition attachée à un ordre non exécuté, une défense transgressée (cette punition peut être naturelle ou sociale, morale; extérieure ou intérieure…). || Le mal (3. Mal, cit. 46) n'est que la démission de l'homme, la sanction de ses trahisons. || Sanctions scolaires.
CONTR. Démenti, refus. — Désapprobation.
DÉR. Sanctionner.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • sanction — sanc·tion 1 / saŋk shən/ n 1: a punitive or coercive measure or action that results from failure to comply with a law, rule, or order a sanction for contempt 2: explicit or official approval 3: an economic or military coercive measure adopted usu …   Law dictionary

  • sanction — sanc‧tion [ˈsæŋkʆn] noun 1. sanctions [plural] ECONOMICS official orders or laws stopping trade, communication etc with another country as a way of forcing political changes: sanctions against • The US imposed tough trade sanctions against Cuba …   Financial and business terms

  • Sanction — • Sanction signifies the authoritative act whereby the legislator gives a law value and binding force for its subjects Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Sanction     Sanction      …   Catholic encyclopedia

  • Sanction — Sanc tion, n. [L. sanctio, from sancire, sanctum to render sacred or inviolable, to fix unalterably: cf. F. sanction. See {Saint}.] 1. Solemn or ceremonious ratification; an official act of a superior by which he ratifies and gives validity to… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • sanction — [n1] authorization acquiescence, allowance, approbation, approval, assent, authority, backing, confirmation, consent, countenance, encouragement, endorsement, fiat, go ahead*, green light*, leave, nod, okay*, permission, permit, ratification,… …   New thesaurus

  • Sanction — Sanc tion, v. t. [imp. & p. p. {Sanctioned}; p. pr. & vb. n. {Sanctioning}.] To give sanction to; to ratify; to confirm; to approve. [1913 Webster] Would have counseled, or even sanctioned, such perilous experiments. De Quincey. [1913 Webster]… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • sanction — sanction, social sanction Any means by which conformity to socially approved standards is enforced. Sanctions can be positive (rewarding behaviour that conforms to wider expectations) or negative (punishing the various forms of deviance); and… …   Dictionary of sociology

  • sanction — ► NOUN 1) a threatened penalty for disobeying a law or rule. 2) (sanctions) measures taken by a state to coerce another to conform to an international agreement or norms of conduct. 3) official permission or approval. ► VERB 1) give official… …   English terms dictionary

  • sanction — [saŋk′shən] n. [< Fr or L: Fr < L sanctio < sanctus: see SAINT] 1. the act of a recognized authority confirming or ratifying an action; authorized approval or permission 2. support; encouragement; approval 3. something that gives binding …   English World dictionary

  • Sanction — (v. lat.), die feierliche Bestätigung eines Beschlusses, Gesetzes, Vertrags, wodurch dieselben für heilig u. unverletzlich erklärt werden. Oft heißt ein solcher Vertrag selbst S., wie z.B. die Pragmatische S. (s.d.). Daher Sanctioniren, ein… …   Pierer's Universal-Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.